Design Audio

 

Caractéristiques DVD

Utilisations

Les types d’applications du DVD :

  • DVD-Vidéo (contenant des films (vidéo et son)) ;
  • DVD-Audio (contenant du son haute-définition) ;
  • DVD-VR (contenant de la vidéo ou du son enregistré, habituellement depuis la TV ou un caméscope) ;
  • DVD+VR (une variante du DVD-VR utilisé sur des disques +R et +RW) ;
  • DVD-ROM (données informatiques : systèmes d’exploitation, applications, encyclopédiesjeux vidéo (PlayStation 2XboxXbox 360WiiPC, Mac et PlayStation 3). Le faible coût et la grande capacité des DVD en font des mémoires de masse idéales (voir les autres types de mémoires de masse à droite de ce paragraphe[Où ?]).
  • DVD-RAM (format de DVD réinscriptible, au même titre que les DVD+/-RW, dont le principal atout est qu’il permet d’enchaîner aléatoirement lectures et écritures)

DVD Vidéo

Résolution standard des vidéos sur support DVD.

Les DVD vidéo ont connu un énorme succès dès la fin des années 1990. Ils ont progressivement remplacé les cassettes VHS en offrant un certain nombre d’avantages par rapport à ces dernières :

  • La qualité d’image est nettement améliorée, d’autant plus qu’elle ne se détériore pas au fil des lectures comme c’était le cas avec les cassettes vidéo. Bien que beaucoup de définitions et de formats soient soutenus, la plupart des DVD au détail utilisent un format compressé MPEG-2, stocké à une définition de 720×480 (NTSC de rapport 1,5) ou 720×576 (PAL de rapport 1,25).
  • Le DVD supporte plusieurs codecs audio (PCMDolby Digital ou DTS) et le Codage audiophonique, contrairement au VHS qui enregistre le son en Modulation de fréquence sur deux pistes.
  • Souvent, les DVD vidéo proposent également le choix entre plusieurs pistes audio permettant de voir un film dans différentes langues et permettent souvent l’accès à des fonctions jusqu’ici inédites telles que le choix entre plusieurs sous-titrages, l’accès à des bonus (scènes coupées, commentaires du réalisateur, coulisses du tournage) et même parfois le choix entre plusieurs angles sur certains films.
  • Par rapport à la cassette, une des innovations les plus notables est le passage direct à une séquence précise : plus besoin de rembobiner ou de chercher une séquence comme avec une bande : l’appui direct sur une ou plusieurs touches permet d’accéder à un contenu ou à un chapitre immédiatement.

DVD audio et SACD

Apparus plus récemment, dans la succession au CD audio : deux formats, le DVD audio et le SACD (Super Audio CD). Il est nécessaire de posséder une platine spécifiquement adaptée à l’un de ces formats. Pour l’instant, aucun des deux supports concurrents n’arrive à prendre une part significative du marché pour succéder au CD audio. Apparemment, pour le grand public, la différence de qualité à l’écoute n’a pas été suffisamment significative pour justifier de nouveaux investissements.

 

Boîtier

Comme pour les CD ou disques Blu-rays, les DVD vendus dans le commerce étaient toujours, à quelques exceptions près, stockés dans des boîtiers extérieurement de taille identique quel qu’en soit le contenu, films, jeux etc. Ceux-ci étaient également à court terme plus résistants que ceux pour CD qui ont tendance à craquer surtout en cas de transport. Cependant à long terme les boîtiers DVD deviennent de plus en plus fragiles à cause de leur composition en un morceau de plastique unique qui se referme sur lui-même, contrairement à ceux pour CD qui utilisent un système pentures. Physiquement le boîtier DVD mesure en moyenne 7 12 pouces (environ 19 cm) de hauteur par 5 38 pouces (environ 13,6 cm) de largeur et 916 pouce (environ 14 mm) d’épaisseur. La hauteur et la largeur correspondent aux boîtiers VHS, ce qui implique une facilité de stockage pour une collection mixte VHS/DVD, mais également un encombrement plus grand que nécessaire. Le socle pour recevoir le disque étant de la même taille que celui d’un boîtier CD, il est tout à fait possible d’insérer un CD dans un boîtier DVD et vice-versa. Un autre format a vu également le jour au tout début de l’avènement du DVD : il s’agissait d’un boîtier moitié en plastique et moitié en carton, mais il fut vite abandonné en raison de sa trop grande fragilité.

D’autres variantes existent également, par exemple le boîtier pour les jeux de PlayStation 2, console qui a d’ailleurs grandement contribué à l’implantation du format, incluant généralement un emplacement nommé memory card holder qui permet d’y ranger une carte mémoire.

Taille physique

  • Diamètre maximum : 120 mm
  • Diamètre du trou central : 15 mm
  • De l’extérieur au centre, on a cinq zones :
    1. Zone transparente sans information, en bord du disque : 1 mm
    2. Zone « Lead-Out », informe via des données logiques nulles de la fin du contenu du disque : 1 mm
    3. Zone « Program Area », c’est la zone qui contient toutes les informations logiques du disque.
    4. Zone « Lead-In », les données logiques permettent de marquer le début du contenu du disque et de le synchroniser : 2 mm
    5. Zone centrale transparente sans information logique (mais un numéro de référence de production) : 40 mm

La surface maximale inscriptible pour une image LightScribe est limitée vers l’extérieur par la zone « Lead-Out », soit 116 mm et vers l’intérieur par la zone « Lead-In » minimale, soit 44 mm.

 

Source principale : wikipedia